En fait, l'histoire a commencé
bien avant que bébé n’arrive...
dans les villes congestionnées
qui m'ont fait comprendre
que 2 roues et des pédales qui avancent
étaient plus efficaces qu'une voiture à l'arrêt...

Et puis, de déménagement en déménagement,
de "grandes villes" à de plus petites,
je n'ai pas lâché mes pédales.
Trop précieuse, cette liberté,
ce temps de décompression,
l’odeur des saisons qui défilent…
mais ce n’est pas à toi, usager du vélo, que je vais apprendre ça.

Alors, quand je me suis retrouvée enceinte,
j’ai poursuivi ma route…
En selle jusqu’à 8 mois de grossesse.
Non, je n’ai pas poussé
jusqu’à me rendre à la maternité à vélo,
j’y suis allée à pied !

Et puis, du jour au lendemain, bébé était là.
Et il fallait bien le transporter !
Mais en bons parents,
nous nous étions préparés.
Il était évident que l’achat d’un second véhicule
permettant de transporter bébé
était indispensable…
Alors j’ai cherché,
farfouillant sur le Net,
discuté avec d’autres parents…

Exit la carriole.
Peut-être très bien sur les chemins,
le dimanche,
mais trop peu sécurisante en circulation urbaine…

Exit le triporteur,
dont la stabilité en virage peut laisser à désirer,
surtout en descente,
et donc inadaptée à la topographie de ma ville…

​Exit siège bébé sur porte bagage,
où il aurait fallut attendre de longs mois avant de repartir à pédale…

Nous avons donc opté pour un biporteur !
Nous avons fait l’économie de l’assistance électrique
au profit d’un bon rapport de vitesse
et d’un modèle léger
(de fabrication française qui plus est) !
Nous l’avons équipé avec une capote pluie,
d’un cosy (le même que celui des voitures),
puis d’une banquette avec 2 places
équipées d’un harnais 3 points.

Dernier clin d’œil aux automobilistes,
j’ai demandé à une amie
de me faire un joli logo,
à l’image de ma situation !

Au quotidien,
le matin, après avoir préparé bébé,
je descends sortir notre véhicule familial du garage,
installe dans les sacoches les affaires de la journée,
puis remonte chercher bébé, pour l’installer à l’avant.
Et je pars chez Nounou, puis au boulot.
Et le soir, même organisation en sens inverse.

Et quand il pleut ?
Bébé est à l’abri,
et moi je me protège, comme tout bon cycliste.

Et quand il fait froid ?
Et bien, tout le monde s’habille chaudement,
avec doudoune, bonnet, écharpe et gants !

---------

article écrit pour l'asso vélo local
sur la thématique "un an à vélo avec mon bébé"